Quelle est la différence d’imposition à Malte ?

On crée une société aux fins qu’elle se développe et connaisse un succès imparable, pour le bénéfice de l’entrepreneur mais également des quelques familles concernées par l’organisation. Simplement, ce n’est point un secret pour ces entreprises surtout actuellement que les charges, dont la fiscalité, accaparent une trop grosse part des bénéfices. Des solutions ont été recherchées mais en vain étant donné que la loi est stricte et la vérification est scrupuleuse, d’où même des tentatives d’aller outre les procédures législatives. Heureusement, on a encore des pays à imposition plus abordable comme Malte. Voyons plus en détails quelle est cette différence.

Un système fiscal bien défini selon le statut

Ce n’est pas que chez les autres pays, la fiscalité est indéfinie ou imprécise, c’est simplement qu’à Malte, la notion fiscale est d’abord fonction de la citoyenneté de la personne. L’imposition est donc basée sur cet état civil.

  • Premièrement, si on met le focus sur le statut d’un citoyen Maltais, il sera taxé normalement comme n’importe où ailleurs pour ses bénéfices commerciales dans le pays. D’ailleurs, qu’il soit à Malte ou dans un autre pays, le système de taxation lui est toujours applicable sur ses revenus mondiaux.
  • Deuxièmement, par contre, s’agissant d’un étranger emménageant à Malte, ses privilèges seront tout autres. Il ne sera pas imposé comme le cas précédent et pourra ainsi être exonéré des taxes sur revenu même outre le territoire Maltais. Bien évidemment, les gens de cette catégorie sont alors en général des étrangers. Plus précisément, le temps et l’expatriation jouent un rôle dans le statut de la personne. Pour notre cas, il s’agit des personnes n’ayant pas pris la décision de résider à Maltes et/ou ceux passant plus de la moitié de l’année à l’étranger.

En conséquence, cette distinction entre le statut est utile. C’est ce système qui constitue une première grosse différence sur l’imposition à Malte

Une imposition beaucoup plus basse

Tout d’abord, le niveau de vie à Malte reste attrayant. Divers sujets y sont impliqués que ce soit ses banques, son environnement social, mais surtout son niveau fiscal réputé être d’un taux bas.

  • D’une manière générale, à Malte, le niveau d’imposition est au choix selon quelques statuts bien définis. En résumé, il existe des régimes fiscaux faits pour chaque individu. Cela diffère selon qu’il soit retraité issu de l’Union Européenne, qu’il soit à haut niveau de richesse souhaitant optimiser ses fiscalités. Le cas est également différent pour celui désirant l’obtention d’un visa par le biais du Golden visa.
  • Selon ces divers statuts et bien d’autres encore, il y a évaluation du régime fiscal. Selon le cas, on peut être imposé un seuil minimal ou non et une imposition différente à un certain pourcentage. Un exemple concret est celui d’un résident Maltais classique qui se verra imposer à 35% si ses bénéfices proviennent de Malte ou y sont rapatriés tandis qu’il ne lui sera généralement rien imposé dans le cas contraire.
  • Si vous songez alors à changer de résidence  pour Malte, vous aurez besoin de plus de précisions. Cependant, on s’y intéresse surtout pour le cas des sociétés offshores car cette méthode offre des avantages attrayants. Dans ces deux situations, on vous sollicite la visite de ce site qui explore en totalité le monde des entreprises, des fiscalités et surtout des paradis fiscaux.

En conclusion, on a appris la différence d’imposition à Malte. Cette différence est alors la distinction des charges selon que la personne soit résidente/domiciliée à Malte. Elle aura alors selon le cas charge de payer des impôts même en revenu en dehors de Malte ou bien en être totalement libérée. La seconde manifestation s’agit du niveau bas des taxes. Ces deux faits sont liés mais ce qu’il nous faut retenir est que Malte, grâce à cette différence d’imposition, est un paradis fiscal attrayant. Aussi, si vous souhaitez y établir votre entreprise offshore, il n’y a pas mieux !